TERRORISME D’UN JOUR OU TERRORISME DE TOUS LES JOURS ?

 

Bonjour à toutes et à tous,

La liberté est le premier des droits garantis par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 et la liberté d’expression est la première de toutes les libertés. Au pays des droits de l’homme, le socle de cette liberté d’expression serait il en train de vaciller aujourd’hui ?

Les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux… Brassens avait raison, faute de pensée unique, la pensée majoritaire prévaut pour… la majorité… et les autres sont priés de rentrer dans le rang, bafouant ainsi ce droit élémentaire de liberté. Mais ce qui vient d’arriver ce mercredi 7 janvier n’a plus rien à voir avec une quelconque majorité ou minorité.

Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Honoré… tous ces libertaires de l’expression ont payé de leur vie leur usage de ce droit fondamental, entraînant avec eux des morts collatéraux. Ce terrorisme là, nul humain ne saurait l’accepter et encore moins les français à qui cette liberté d’expression a été ‘’offerte’’ par d’autres français qui l’ont payée de leur propre vie.

 

Alors dans ces conditions et dans ces circonstances, je suis, vous êtes, nous sommes tous CHARLIE, bien évidemment.

 

Ce terrorisme là est bien visible, accessoirement audible et toujours clairement revendiqué. Ce qui lui donne un caractère affiché, que nul ne peut accepter pour autant.

 

 

Cependant, sans vouloir chercher à établir une hiérarchie dans l’horreur, il existe un autre terrorisme beaucoup moins mobilisateur, mais dont les dégâts sont bien plus conséquents. Cet autre bien plus ‘’efficace’’ est tellement plus discret qu’il permet à ses auteurs d’agir à visage découvert. Pas besoin de cagoule, sa protection est globale, et ses protecteurs ne sont pas des moindres puisqu’il s’agit des services de l’Etat. Vous l’aviez deviné, il s’agit là du terrorisme industriel.

 

Sa discrétion lui fait préférer le déni à la reconnaissance de sa responsabilité. Et il aurait tort de se gêner, puisque ses complices jouent toujours superbement leur rôle de protecteur indispensable. Ce qui leur est particulièrement facile puisque si le nombre de morts fini par être particulièrement élevé (18 000 à 25 000/an d’ici 2030 pour l’amiante), les départs pour l’au-delà se font lentement, discrètement… mais implacablement.

 

Prenons le cas du terroriste ‘’Aprochim’’ à Grez en Bouère. (On parle toujours mieux des dossiers que l’on connaît personnellement).

 

‘’La société Aprochim est l’une des deux entreprises françaises capables de traiter les transformateurs ou des condensateurs contenant des polychlorobyphényles (PCB)…

L’utilité de la société Aprochim et de son unique concurrent, la société Trédi est donc indiscutable. En leur absence, les entreprises françaises souhaitant éliminer des matériels contaminés devraient s’adresser à l’étranger. Les sociétés ressources dans les autres états de l’Union Européenne sont peu nombreuses et on pourrait craindre qu’en l’absence de possibilités de traitements des matériels pollués, d’autres solutions plus dangereuses pour l’environnement et la santé publique soient mises en œuvre.’’ écrivait le Dr Garnier de l’Assistance Publique Hopitaux de Paris à sa consoeur de la Médecine du Travail en Mayenne, le Dr Chisacof, le 1er septembre 2008, avant d’ajouter : 

 

‘’L’enquête réalisée en 2007 par vous-même, avec l’aide du médecin inspecteur du travail et celle du service de pathologie du CHU de Nantes, montre que les 8 travailleurs de l’entreprise Aprochim qui y ont participé sont tous fortement contaminés par les dioxines (PCDD), furanes (PCDF) et PCB dioxine like (PCBDL). Les concentrations mesurées chez ces travailleurs sont 21 à 122 fois supérieures à celles observées dans la population générale française’’… et,

 

‘’Les PCDD-PCDF-PCBDL sont des agents chimiques très dangereux. Ils peuvent être à l’origine de diverses atteintes cutanées et muqueuses, d’altérations de la fonction hépatique, de troubles du métabolisme des porphyrines, de dyslipidémie, d’un excès de risque de maladies cardiovasculaires, de troubles mentaux organiques, de neuropathie périphérique, de diabète, d’altération de la fonction thyroïdienne, d’effets immunotoxiques, d’effets, d’effets sur la reproduction (altération de la fertilité, effets foetotoxiques, diminution du sexe ratio(M/F), malformations. Ils sont considérés comme cancérogènes certains pour l’homme… Les effets cancérogènes sont considérés comme des effets sans seuil…’’

 

Ce qui à la place (à destination de ceux qui sont déjà suivis depuis quelques années par un médecin cancérologue) aurait pu être écrit de la façon suivante : ‘Salariés de l’entreprise, dites vous bien que si vous avez le privilège de profiter de deux traitements, un premier financier et un autre médical, c’est parce que vous oeuvrez pour la bonne cause. Les actionnaires et l’Etat Français vous en remercieront le jour de votre enterrement… ‘’

 

Reconnaissons que la formule retenue par le Dr Garnier est beaucoup plus discrète et politiquement correcte que la mienne.  

 

 

 

 

Lorsque le Dr Chisacof de la SATM en question donne les détails des analyses de sang aux salariés, c’est en leur précisant ceci : ‘’Les PCB se trouvent stockés dans les graisses de l’organisme. Et leur taux élevé chez vous s’explique par une consommation excessive de pâté et de rillettes’’.

 

Véritable andouille ou complice compétente du terroriste Aprochim le Dr Chisacof ?

 

 

 

Depuis 2011, les services de l’Agence Régionale de Santé font des pieds et des mains pour empêcher les prélèvements sanguins des enfants voisins d’Aprochim afin d’éviter de découvrir un degré de contamination aux PCB particulièrement élevé.

 

 

De plus, lors de sa réunion publique du 3 décembre 2014, les agents de propagande de l’ARS ont claironné que la pollution s’arrêtait à 500 m… bloquée par des vents circulaires venant de Tchernobyl probablement. Oubliant que, deux jours auparavant,  le Préfet de la Mayenne venait de mettre sous séquestre la totalité d’un cheptel bovin situé à 1 400 m de l’entreprise terroriste.  

 

Lymphome Hodgkinien pour un salarié, lymphome non hodgkinien pour un riverain, entre autres cancers déclarés… accompagnés de la révélation de problèmes de thyroïde à la cadence de un nouveau cas connu par mois… tels sont les faits couverts par l’Omerta.

 

Lors de leur création en janvier 2009, les différentes ARS auraient-elles hérité du Centre National de Transfusion Sanguine son aptitude naturelle à générer des scandales comme celui du sang contaminé.

 

 

 

Quand au nouveau maire de Grez en Bouère, à l’occasion de ses tout premiers vœux offerts samedi 10 janvier, le mot Aprochim n’a pas été prononcé une seule fois. Tout juste a-t-il été question de la campagne de prélèvements sanguins faite par l’ARS, pour préciser que les ‘’candidatures’’ doivent avoir été déposées avant la fin du mois de janvier.

 

A Grez en Bouère, les autruches se suivent et se ressemblent donc.

 

 

 

Mais à part ça, madame la Marquise, tout va très bien… ? Aussi,  les membres du bureau de Terre et Vie d’Anjou se joignent à moi pour vous souhaiter à toutes et à tous… adhérents et ou visiteurs de ce blog, tous nos meilleurs vœux pour cette année 2015, en vous disant une nouvelle fois : Je suis, vous êtes, nous sommes CHARLIE… n’en déplaise aux TERRORISTES et à leurs complices…  quels qu’ils soient.

 

                                                                                                                   Joseph Gaudin